Frédéric Pajak, L’immense solitude

(la photographie ne rend pas hommage aux dessins, allez plutôt voir le livre…)